Les enfants maghrébins abandonnés et la Nation. Une réflexion sur les migrations enfantines (in)désirables (Algérie/Maroc-France)

Aurélie Fillod-Chabaud (sociologue, AMU, CNRS, CNE, IREMAM, LabexMed)

Le podcast de la séance

lundi 4 février 2019, 14h-16h30

Salle 1, MMSH, Aix-en-Provence

Discutant : Paul Nicolas (géographe, CNRS, TELEMMe, Membre associé)

En France, depuis plusieurs années, du fait de la raréfaction des enfants au sein du marché international de l’adoption, des enfants venus du Maghreb sont recueillis par Kafala. Si la plupart des pays musulmans prohibent l’adoption plénière – au sens de la rupture des liens de filiation – ils autorisent toutefois des formes de délégations d’autorité parentale (Kafala) qui permettent à des enfants abandonnés d’être pris en charge par des familles. L’internationalisation de la kafala conduit des enfants marocains et algériens à être recueillis par des familles françaises, belges, espagnoles, suisse, même étatsuniennes. Toutefois, du fait du statut prohibitif de l’adoption au Maroc et en Algérie et du fait que la France soit tenue de respecter cette position depuis 2001, ces enfants arrivent en France sans avoir la possibilité d’être naturalisés d’une part et d’être adoptés d’autre part, et ce contrairement à tous les enfants venus de l’étranger dans le cadre de l’adoption internationale. Il s’agit donc dans cette communication, d’analyser pourquoi les institutions françaises organisent d’une certaine manière l’invisibilisation de ces circulations enfantines. Nous verrons en quoi l’accompagnement des familles kafils fait l’objet certes d’une régulation différenciée selon les territoires concernés mais aussi d’un traitement distancié voire racialisé de la part des institutions encadrant la protection de l’enfance



Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.