L’accueil des étrangers en Turquie : continuités et ruptures avec l’arrivée des réfugiés syriens

Bosphorus

[Bosphorus (i.e., Bosporus), Rumeli and Anadali-Hissar, (i.e., Anadolu Hissarı) Constantinople, Turkey] (LOC)

Dans le cadre du Séminaire Mimed 2016/2017

Communication de Didem Daniş (Université Galatasaray, Istanbul)

Discutant : Léo Fourn (Aix-Marseille Université, Doctorant LAMES, programme LabexMed)

Entrée libre

Date : Lundi 7 novembre 2016 de 14h à 16h

Lieu : Maison Méditerranéenne des sciences de l’Homme (MMSH), salle 154

Résumé

Les réfugiés syriens constituent un nouveau phénomène d’immigration en Turquie. Ce n’est pas seulement la taille spectaculaire ou la caractéristique ethnique du groupe, mais aussi la politique d’accueil relativement généreuse qui est inattendue. Alors, comment expliquer cette nouvelle politique ? Est-elle le résultat des pressions européennes ou d’une revendication néo-ottomaniste du gouvernement actuel ? Une perspective analytique socio-historique permettra de répondre à ces questions. Il s’agira de retracer les caractéristiques principales des politiques migratoires turques de la fin du 19e siècle et de comprendre l’impact du mouvement des nationalismes (coïncidence entre le peuple / le groupe ethnique et l’organisation politique) sur la gestion de la migration. La politique migratoire « nationaliste » de l’époque visait à se débarrasser des populations considérées «dangereuses» et “indésirables”, comme dans le cas des communautés non-musulmanes. À la même période, on témoignait de l’accueil généreux des communautés turques et/ou musulmanes venant des Balkans et du Caucase. Lors des années 1990 et 2000, la politique principale envers les étrangers issus des flux migratoires nouveaux et diversifiés était une « politique de négligence délibérée » (Danış, 2008) et une « gestion par l’incertitude » (Biehl, 2015). En revanche, l’arrivée des Syriens a métamorphosé la politique de l’accueil en Turquie. Les Syriens qui ont d’abord été considérés comme des « hôtes », ont obtenu un « statut de protection temporaire » en 2014, et enfin se sont vu promettre la naturalisation en juin 2016.
Dans quelle mesure ces éléments récents s’inscrivent-ils dans la continuité des politiques antérieures ?
Ou, à l’inverse, représentent-ils une rupture au niveau des politiques de l’accueil en Turquie ?

Coordination / Contact : Laurence Pillant et Laura Odasso

Télécharger l’affiche de la communication

Crédits photographiques : [Bosphorus (i.e., Bosporus), Rumeli and Anadali-Hissar, (i.e., Anadolu Hissarı) Constantinople, Turkey] (LOC), Pas de restrictions de droits connues.


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Jean-Christophe Peyssard (26 octobre 2016). L’accueil des étrangers en Turquie : continuités et ruptures avec l’arrivée des réfugiés syriens. MIMED. Consulté le 16 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/rfw1


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search