Vient de paraître :

Italianness and Migration from the Risorgimento to the 1960s.

Coordonné par Stéphane Mourlane, Céline Régnard, Manuela Martini, Catherine Brice (Palgrave, 2022).

Lien vers la version électronique : https://link.springer.com/book/10.1007/978-3-030-88964-7

 

Ce livre collectif explore la notion d’Italianité – ou Italianità – à travers l’histoire des migrations. Elle se concentre sur l’interaction entre les Italiens qui circulent à travers le monde, et leur relation à l’Italie d’un point de vue politique et culturel. Répondant à l’importante question de comment les migrations affectent l’Italianité, des historiens de plusieurs nationalités s’intéressent aux manières dont les migrants font perdurer leur culture, leurs coutumes et leurs pratiques au cours de leur voyage et par la suite. Couvrant une période qui s’étend du Risorgimento jusqu’aux années 1960, le livre met en lumière les institutions et les structures sociales qui ont contribué à la construction de liens culturels entre les migrants italiens et leur pays d’origine. Ce volume est non seulement étendu en termes de temporalité, mais couvre également un large espace géographique, s’intéressant aux vies de migrants italiens en Amérique du Nord, en Amérique du Sud, en Europe, en Afrique du Nord et au Moyen-Orient. Rassemblant de nombreuses recherches sur les Italiens, le long des différentes routes migratoires empruntées par ces hommes et ces femmes, cet ouvrage apporte de nouvelles perspectives sur la culture italienne et vise à renforcer notre compréhension de l’histoire migratoire italienne.

This edited collection explores the notion of Italianness – or Italianità – through migration history. It focuses on the interaction between Italians circulating around the world, and their relationship with Italy from a political and cultural perspective. Answering the important question of how migration affects Italianness, the authors explore the ways in which migrants retained their Italian culture, customs and practices during and after their travels. Spanning a long period from the Risorgimento up until the 1960s, the book sheds light on the institutions and social structures that contributed to the construction of cultural links between Italian migrants and their country of origin. Not only broad in its temporal scope, the volume covers a wide geographic area, examining the lives of Italian migrants in North America, South America, Europe, North Africa, and the Middle East. Bringing together a wealth of research on Italians, alongside the different migratory routes taken by these men and women, this book provides new insights into Italian culture and seeks to strengthen our understanding of Italian migration history.  

Stéphane Mourlane est professeur associé d’histoire moderne à l’Université d’Aix-Marseille Université et chercheur au laboratoire TELEMMe..

Céline Regnard est professeure associé d’histoire moderne à l’Université d’Aix-Marseille et ancienne membre de l’Institut Universitaire de France.

Manuela Martini est professeure d’histoire moderner à l’Université Lumière Lyon 2, chercheuse au laboratoire LARhRA et membre de l’Institut Universitaire de France.

Catherine Brice est professeure d’histoire moderne au Centre de recherche en Histoire Comparative Europenne (CRHEC) à l’Université Paris-Est Créteil, et ancienne membre de l’Institut Universitaire de France.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search