Les conditions scolaires des élèves migrants : le récit d’un droit contrarié

Séance organisée en partenariat avec INSPE d’Aix-Marseille et le séminaire IDEE (Inégalités et démocratisation en éducation)

Maïtena Armagnague, sociologue, INSHEA, Grhapes, Fellow de l’Institut Convergences Migrations

Isabelle Rigoni, sociologue, INSHEA, Grhapes

Lundi 4 novembre, 14h-16h30, salle PAS, MMSH, Aix-en-Provence

Discutante : Gwenaëlle Audren, Géographe, INSPE d’Aix-Marseille, CNRS, TELEMMe

Chaque année, en France, plus de 60 000 établissements scolaires accueillent des enfants et jeunes migrants, des élèves dits allophones nouvellement arrivés (EANA). Les enjeux socio-éducatifs relatifs aux populations migrantes touchent désormais tous les territoires, défavorisés et favorisés, urbains et ruraux, métropolitains comme d’Outre-mer. Plusieurs centaines de milliers d’enseignants les reçoivent dans leurs classes, sans pour autant toujours bénéficier d’une formation relative à ce public et à ses besoins spécifiques. Au niveau institutionnel, les territoires sont inégalement dotés pour proposer un accueil et garantir une scolarité en adéquation avec les principes républicains liés à l’égalité des chances. L’augmentation du nombre de familles en demande d’asile, de personnes fuyant la pauvreté ou l’absence d’opportunité économiques, la hausse du nombre de femmes migrantes avec enfants ou encore de mineurs non accompagnés nécessitent un effort d’adaptation des politiques publiques en matière d’accueil et de scolarisation, ainsi que de politiques éducatives.

Dans ce contexte, nous proposons une analyse du rôle des différents acteurs socio-éducatifs dont les professionnalités et les cultures diffèrent (équipes éducatives dans le champ scolaire, travailleurs sociaux, bénévoles associatifs) ainsi que de la façon dont s’agencent éventuellement leurs pratiques (complexité des jeux d’acteurs, répertoires d’action et de mobilisation). Dans un premier temps, nous nous centrerons sur la question de l’accès aux droits, aussi bien en matière d’éducation et de scolarisation (accès à la scolarisation, accompagnement scolaire) que de séjour, de logement et de santé (qui impactent la scolarité des élèves). Dans un second temps, nous aborderons les conditions effectives de scolarisation, à la fois dans les dispositifs spécifiques et dans les classes ordinaires. Nous nous appuierons sur les programmes de recherche EVASCOL et EDUCINCLU que nous avons dirigés qui ont porté sur plusieurs territoires nationaux très contrastés en centrant notre regard sur ces différences territoriales.

Armagnague-Roucher Maïtena, Cossée Claire, Mendonça Dias Catherine, Rigoni Isabelle, Tersigni Simona (coord.) (2018), Etude sur la scolarisation des élèves allophones nouvellement arrivés (EANA) et des enfants issus de familles itinérantes et de voyageurs (EFIV) (EVASCOL), [Rapport de recherche] Défenseur des Droits

Armagnague Maïtena, Rigoni Isabelle, Tersigni Simona (dir.), Dossier À l’école en situation migratoire, Migrations Société, 31(176), avril-juin 2019.

Armagnague Maïtena, Rigoni Isabelle, Valette Marie Françoise (dir.), Dossier École et migration, Revue européenne des migrations internationales (REMI), 34(4), 2018.



Citer ce billet
Farida Souiah (2019, 26 septembre). Les conditions scolaires des élèves migrants : le récit d’un droit contrarié. MIMED. Consulté le 13 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/rfx2

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search