Une comparaison des politiques publiques par le bas. Les modes de garde transnationaux des parents sénégalais aux Etats-Unis, en Italie et en France

Amélie Grysole, sociologue, Éspé de Cergy, ÉMA (École, Mutations, Apprentissages), CMH (Centre Maurice Halbwachs)

Mercredi 2 octobre, 14h-16h30, salle Duby, MMSH, Aix-en-Provence

Discutante : Mélissa Blanchard, Anthropologue, CNRS, CNE

Amélie Grysole, quartier de Yoff à Dakar, juillet 2018

Pour les couples de parents migrants, plusieurs lieux de la famille sont parfois envisageables comme espaces de socialisation de leurs enfants, d’un côté le pays d’émigration où vivent notamment les grands-parents, oncles et tantes des enfants, et le pays d’immigration où les parents sont résidents. La recherche porte sur des enfants né.e.s aux États-Unis ou en Europe, de parents sénégalais, qui migrent à Dakar pour y rester quelques années. Ces enfants partent parfois très jeunes (moins d’un an) et grandissent plusieurs années, loin de leurs parents de naissance, mais proches d’un entourage connu et d’un environnement social et spatial valorisé par les parents. En Europe et aux Etats-Unis, ces couples de parents naviguent entre les contraintes, les opportunités et les positionnements sociaux de deux territoires, pour faire tenir ensemble différents niveaux d’objectifs (prendre en charge des proches, investir dans l’immobilier, dans la scolarité des enfants, des neveux et nièces) à l’intersection de plusieurs collectifs de parenté. Les politiques publiques des pays d’immigration se basent quant à elles sur une définition nucléo-conjugale de la famille (le couple de parents et ses enfants mineurs). A travers une comparaison par le bas des politiques publiques, je discuterai les différents âges de départ (ou de non-départ) d’enfants né.e.s aux Etats-Unis, en Italie ou en France vers le Sénégal. Les décisions de départ sont – en partie – conditionnées par des politiques familiales (modes de garde, allocations), scolaires (langue d’enseignement, âge d’entrée à l’école) et migratoires (regroupement familial, acquisition de la nationalité), non concordantes avec les ambitions de mobilité sociale et les normes de socialisation portées par les parents rencontrés au cours de l’enquête.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.